Le château des sardines, les loups gris

le chateau des sardines

Préambule

D’où provient cette appellation étrange qui lie un château et des sardines ?

chateau_sardines

Je me souviens que dans le pays bigouden, dans la commune de Sainte-Marine, au bord de la rivière Odet, il y a un château que les autochtones nomment : le château des berniques  ( « Ker Birinic » en breton). Appellation tout aussi imagée quoique la patelle est toutefois moins comestible que la sardine.

Si vous voulez en savoir un peu plus sur « Ker Birinic » rendez vous sur le site:

https://lesconilquideau.wordpress.com/la-legende-du-rocher-dusaut-de-la-pucelle/

S’agit t‘il vraiment d’un château ?

Est-ce vraiment du petit poisson argenté au dos bleuté  dont il s’agit ?

Peut-être, car ce poisson de la famille des Clupéidés pullulait devant les côtes bretonnes et alimentait les nombreuses conserveries du Morbihan et du Finistère en particulier la trentaine d’usines de transformation de ce poisson qui faisait par le passé la richesse du pays bigouden.
De nos jours les conserveries ont pratiquement toutes disparues tels que :
Billet-Lamy et Maingourd à Lesconil, Raphalen à Plonéour Lanvern, Le Gall à Loctudy, Paul Chacun et Chancerelle au Guilvinec, Roullaud à Saint Guénolé, Martin et Lanort à l’Ile Tudy et bien d’autres encore. Certaines comme Furic à Saint-Guénolé, Hénaff à Pouldreuzic perdurent car elles ont su prendre le bon virage en diversifiant leurs productions.

boites de sardines anciennes

 

Sardines !
Cette appellation pourrait également provenir de l’argot employé par les marins de « la  Royale » pour désigner les galons sur les manches des officiers.
Combien de sardines à cet officier ? Une, deux, trois quatre ou cinq sardines ?
Une sardine correspondait au grade d’Enseigne de vaisseau de 2ième classe
Deux sardines, à celui d’Enseigne de vaisseau de 1ière classe
Trois sardines, au grade de Lieutenant de vaisseau
Quatre sardines, au grade de Capitaine de corvette
Cinq sardines, au grade de Capitaine de vaisseau

galons sardines
Le Capitaine de Frégate ne rentrait pas dans la boite des sardines, malgré ses cinq galons panachés, alors que c’était le seul à avoir deux galons argentés comme la couleur des sardines.

Comme toutes les histoires, elle commence par il était une fois… En Bretagne…Dans « la Petite Mer », dans la rade la rade de Port Louis.

carte rade de lorient

En face de « Porzh Loeiz » (Port-Louis), cité prestigieuse de la Compagnie des Indes, qui pratiquait le négoce avec l’Orient (An Oriant) au lieu-dit la « ville nouvelle (Kernevel) a été construit une villa imposante avec « l’argent de la friture des sardines (gwennec ar fritur).

kernevel 3

La villa Kerozen

C’est  Augustin Gillet, en qui fit construire cette imposante battisse  atypique dans les années 1800 ainsi qu’une conserverie de poissons, en particulier de sardines.

Augustin Ouizille devient propriétaire de l’ensemble, conserverie et villa, situé entre la rue de la Frégate, la rue de la Brise et la place du Commerce. Il fait construire le terre-plein et la cale qui est utilisée par les sardiniers. Il nomme cette villa « Kerozen ».
Même si elle n’avait en aucun cas l’allure d’un manoir elle fut surnommée :

« Le château des sardines ».

Kerozen3

La cale fut plus tard utilisée pour l’accostage des bateaux transportant les voyageurs allant vers Lorient et Port-Louis. De nos jours, les navettes partent du port de plaisance.

Augustin Ouizille  décède en 1881. La villa revient à sa fille Rosalie.

Cette villa au style mauresque,  bien loin de la représentation que l’on se fait d’un château,  fut appelée villa Kerozen.

IMG_1515

Elle est aujourd’hui propriété du Ministère de la Marine qui en a fait une résidence hôtelière, annexe du complexe du cercle mixte de la marine du Quai des Indes anciennement Cercle Naval de Lorient.

cercle naval 2

La villa Kerillon

Auguste Ouizille , le fils d’Augustin, fit construire entre 1899 et 1901, une autre villa attenante à la villa Kerozen , la villa « Kerillon ».

En 1940, la villa est réquisitionnée par l’armée allemande, et devient le Poste de Commandement des sous-marins allemands (U-Boat) lors de la bataille de l’Atlantique.
Le Poste de Commandement était situé dans un bunker sous le jardin de la villa.
Auguste Ouizille vend Kerlilon à la Marine le 3 juillet 1956. Elle est aujourd’hui utilisée par le Commandant de Marine Lorient (C0MAR).

IMG_1517

La villa Margaret

Une troisième villa, construite en 1896 par Georges Ouizille et sa femme Marguerite, fut appelée « Ker Margaret ».

Cette troisième villa, construite en 1896 par Georges Ouizille fut utilisée comme centre de vacances, avant d’être rachetée par « Cap L’Orient ». qui en a fait un bar avec vue imprenable sur l’entrée du port, la base sous-marine, le port de pêche et de commerce.

IMG_1520.JPG

Cap Lorient en a fait un bar avec vue imprenable sur l’entrée du port, la base sous-marine, le port de pêche et de commerce. De la terrasse, le spectacle des navires entrant ou sortant du port est parfois impressionnant.

VRAQUIER CHINOIS

L’ensemble des trois villas sur le front de mer de Kernevel  devant Port Louis démontrait la puissance et la richesse des propriétaires.

Comme quoi, des petites sardines minutieusement alignées dans de petites boites, nageant dans de  l’huile d’olive ou d’autres ingrédients peuvent engendrer une immense richesse.

sardinesLe Kernevel sous l’occupation allemande

Le 21 juin 1940, malgré une tentative de résistance, les allemands envahissent le port de Lorient et ses alentours.

L’Amiral Karl Dönitz et ses « loups gris »

Karl Dönitz devient le Chef (guide) de la composante sous-marine (Führer der Unterseeboote, FdU) allemande le 01 janvier 1936. En 1939, au tout début de la guerre, comme le titre était déjà employé à un échelon plus élevé et comme il ne pouvait y avoir qu’un Guide, il fut dénommé Commandant des sous-marins (Befehlshaber der U-Boote, BdU).
En 1953, il succède à l’amiral Raeder comme Commandant en Chef de la marine de guerre allemande (Oberbefehlshaber der Kriegsmarine, ObdM).
Dönitz fut le grand artisan de la guerre sous-marine à outrance.
La Rudeltaktik des U-Boats de Dönitz

attaque en meute
Il fut le concepteur de la fameuse tactique d’attaque en meute (wolfpack, Rudeltaktik) comme le font les loups lorsqu’ils attaquent leur proie.
Ses sous-marins furent d’ailleurs surnommés les « loups gris » de Dônitz.

Le 23 juin 1940, l’Amiral Karl Dönitz arrive à Lorient.

Donitz-lorient 1941

Dönitz visitant le chantier de construction de la future base des  sous-marins  (Untersee boots, U-Boats) de Keroman en 1941.

La base sous-marine de Keroman

Dönitz fait construite une base pour ses U-Boats à Lorient. A partir de 1941, un premier ouvrage est érigé sur la rive gauche de la rivière Scorff à Lanester.

Lannester bunker du Scorff
Le second, bien plus grandiose encore, en face de Kernevel, près du port de pêche de Keroman.
En Octobre 1941, les deux premiers bunkers, Keroman 1 et de Keroman 2, sont opérationnels.

K1

K2

douze sous-marins peuvent être carénés dans les abris et sur l’aire entre les deux bunkers.

flore K2

Le sous-marin « Flore » S 645  était un sous-marin conventionnel du type « Daphné » de 800 tonnes. 57 mètres de longueur, 6.50 de largeur, équipé de 12 tubes lance-torpilles, il avait un équipage de 54 hommes.  Retiré du service actif en 1989, il sert depuis 2010 de musée ouvert au public.

Le pont tournant de levage du slipway qui servait pour le port de pêche est utilisé pour les petits sous-marins.

Suite aux bombardements fréquents des alliés, Keroman 3, construit un peu plus loin, à l’intérieur du port, ne sera prêt qu’en 1943. Il pouvait accueillir sept U-Boats dans chacune de ses alvéoles.

K3
Keroman 4, qui était également programmé ne verra jamais le jour.

Le 16 octobre, il réquisitionne les trois villas de la famille Ouizille à Kernevel.
VILLAS DE KERNEVEL

villas kernevel
Il s’installe dans la villa Kerillon, ou il installe le poste de commandement opérations.

Donitz-kerillon

donitz _kerillon

salon kerillon

L’État-major travaillait dans les deux pièces du rez de chaussée, le petit salon et le grand salon, qu’ils appelaient « chambres de situation ».

donitz chambredes operations

Donitz avait ses appartements au deuxième étage ou on accédait par un monumental escalier en colimaçon.
escalier kerillon
La villa Kerozen qui jouxte la villa Kerillon servait de logement aux officiers de son État-major.

Son intendance et le P.C. transmissions occupent la villa Margaret.

donitz_margaret
Les trois villas étaient reliées entre elles par un souterrain et plus tard protégées par d’énormes blockhaus. Le PC opérations fut transféré dans un bunker.

Donitz dans le pc ops

Depuis son installation en ces lieux, Dönitz sera surnommé « le lion de Kernevel » .
Le rez de chaussée et le premier étage servant principalement pour les opérations, Dönitz occupait le second étage de Kerillon, mais lorsque les bombardements alliés sur Lorient s’intensifièrent, il déménagea vers Larmor Plage.

Les années de l’occupation de Dönitz dans le « château des sardines »

Durant la durée du conflit, deux flottilles y seront basées, la 2ième depuis 1941, puis en 1942 , elle sera rejointe par la 10 ième flottille.

petit salon kerillon

petit salon

faiences Henriot

La 2ième U- flottille de sous-marins.

De juin 1941 à aout 1944, c’est La 2ième flottille de sous-marins (Unterseebootsflottille) qui sera basée à Lorient dans l’immense base sous-marine de Keroman faisant face à Kernevel.

grades marine allemande

De Janvier à Mai 1940 la flottille est commandée par le capitaine de corvette (Korvetten kapitän) Werner Hartmann.
De mai 1940 à septembre 1941 la flottille sera commandée par le Capitaine de Corvette (Korvettenkapitän) Heinz Fischer.
D’octobre 1941 à janvier 1943 par le capitaine de corvette (Korvettenkapitän) Victor Schütze.
Puis jusqu’à la capitulation de la poche de Lorient, par le capitaine de frégate  (fregattenkapitän) Ernst Kals.

table petit salon kerillonSur la table du petit salon , on peut voir l’emblème de la 2ième flottille ainsi que certains blasons de sous-marins. Ces pictogrammes étaient peints sur les kiosques des sous-marins.

Ce n’était pas une très bonne idée de la part des sous-mariniers allemands, car il permettaient aux résistants de connaitre les numéros des  U-Boats, par déduction les noms des commandants,  et ainsi signaler aux alliés tous leurs mouvements.

l’ingénieur général du génie maritime Jacques Stosskopf qui faisait partie du « réseau Alliance » a payé de sa vie la transmission de ces précieux renseignements.

Voici la petite histoire des sous-marins allemands dont le blason figure sur la table de salon de la villa Kerillon.

u_67

u_68

u_108u_108_2

u_154

u-156

u-163

u-507

La 10ième flottille de sous-marins basée à Lorient Keroman

En 1942,  La 10ième flottille de sous-marins sera basée à Lorient jusqu’en octobre 1944.
C’est le capitaine de Corvette Günter Kuhnke qui commande cette flottille jusqu’à sa dissolution.

u_513

En 1946, la base de Keroman fut rebaptisée Jacques Stosskopf en hommage à l’ingénieur résistant.

Après le conflit, la base sous-marine fut utilisée par la Narine Nationale pour ses sous-marins classiques conventionnels  jusqu’en 1997.

Depuis le retrait de la Marine Nationale, la base de Keroman a été convertie en pôle nautique.

De nos jours, Kerillon est la résidence  du Commandant de Marine Lorient (COMAR).

kerillon _margaret juillet 2015

Margaret est devenu un bar de Cap Lorient au port de plaisance de Kernevel

villa margaret 2

Kerozen est devenue une annexe du cercle mixte de la marine de Lorient  du Quai des Indes.

kerozen juillet 2015

Épilogue

J’ai parfois entendu dans le milieu maritime, certains sous-mariniers traiter leur bateau de « boite à sardines ».
C’est vrai que par le passé, un rapprochement pouvait être fait entre un sous-marin conventionnel et une boite de sardines, car les marins étaient aussi confinés que les sardines dans leur boite.
La promiscuité était telle, qu’il n’y avait même pas assez de couchettes pour tout l’équipage. Il fallait y remédier par l’artifice de la « bannette chaude ».
Quand un marin était de quart, l’autre pouvait occuper la bannette et vice versa.
De nos jours, les sous-marins offrent bien plus de confort à leurs équipages.

Texte et réalisation 2015